qui sommes-nous ? contactez-nous liens favoris retour à l'accueil

Nouvelles voix

Silvan Chabaud : Sus la pista

Lire le texte en version française

Siau nascut i a bensai quaranta mila ans de lutz
Dins una autra sabla ai confins d’una autra mar ;
Dins aquèu temps perdut dau prigond dau potz
Barrutli encara, eterne rodaire dei cents azards.

Siau mòrt mai d’un còp, dins mai d’una guèrra,
E lo monde s’es noirit de mei cendres cauts ;
Ai trevat tant de dralhas, de marridas carrièras,
Tant de solèus, en ieu, an cavat son trauc.

Poscas, poussinièra, fin terrum desgrunat,
D’aubres en flors, de pluèias en vents...
Lo cèucle dei vidas, a jamai abrivat,
Travèrsa lei cledas pantalhadas dau temps.

Cada celula es un poema deis originas,
Cada galassia un parpalhon passagièr ;
Leis estèlas mitralhan lo cèu qu’ilumina
La planèta, la ciutat, l’androna e lo quartièr.

Dau trepador ai mistraus celestiaus
Assajam nòstrei cançons de « repentistas »
Improvisam, que brandilha lo berimbau,
La tençon de l’exilh sus la pista.

Siau mòrt i a bensai quaranta mila ans de lutz
Sus una autra musica ai cances d’un blat clar,
Dins aquèu silenci perdut dau gorg dins lo potz
Me ramenti d’un èr leugièr cantat a l’azard.

Siau revengut mai d’un còp, après mai d’una guèrra,
Ai noirit lo monde de mei sòmis encara cauts ;
M’en vau trevar tant de sentas, de vièlhas carrièras,
Dins la carn de tant de solèus
                                                                   m’en vau cavar mon trauc.

Connu sous le pseudo de "Chab" au sein de Mauresca Fracàs Dub (un groupe de ragga en occitan dont il est le chanteur et le compositeur), Silvan Chabaud écrit depuis le lycée, des poésies et des chansons en occitan. Il étudie la littérature occitane à l'université Paul Valéry de Montpellier et prépare une thèse sur le poète provençal Bellaud de la Bellaudière (XVIe siècle). Il se consacre pleinement à la musique, à l'écriture et à la création actuelle en langue d'oc.

Son premier recueil de poésie, Leis illas infinidas / Les îles infinies, a été publié en 2012 aux éditions Jorn.