qui sommes-nous ? contactez-nous liens favoris retour à l'accueil

Poésie occitane

René Nelli : Lo crit d'aquel aucèl...

Lo crit d'aquel aucèl fiala son arabèsca
que s'enrona al rodet fosforejant de l'aiga.
Que venga a se desrompre un arbre se revèla
bufant entre sos dets l'alen de las colors.

Un arbre que s'avugla a trucas d'aparéisser
e de se susvolar dins lo temps de paciéncia
sens regard per fugir amb lo cors de las causas
ont son còr adejà desavançant deman
se pren dins mai de sòm que ne cal per dormir...

Arma continuosa que lo freg divin
lo sentes destrencar de tu l'amor passida
- Com l'abís a jamai que se fotografia
del pus prigond de son estela d'origina -
Respira tendrament dins la foscor profana
l'ombra d'aquela mòrt ont Dieus fa lo maitin...

Le cri de cet oiseau file son arabesque
qui s'enroule au rouet phosphorescent des eaux.
Qu'il vienne à s'interrompre : un arbre se révèle
soufflant entre ses doigts l'haleine des couleurs.


Un arbre qui s'aveugle à force d'apparaître
et de se survoler dans le temps de patience
sans regards pour s'enfuir dans le décours des choses
où son coeur est déjà - comme il sera demain -
pris dans plus de sommeil qu'il n'en faut pour dormir...


Âme continuée qui sens le froid divin
retrancher de l'Amour chaque instant qui le fane
- Comme un gouffre à jamais qui se photographie
du plus profond de son étoile originelle -
Respire tendrement avec la nuit profane
cette ombre de la Mort où Dieu fait le matin.


René Nelli, extrait de La serp de folhum (Le serpent de feuilles)
dans "Obra poëtica occitana" (Institut d'études occitanes, 1981)

En savoir plus sur René Nelli et sur son œuvre publiée