qui sommes-nous ? contactez-nous liens favoris retour à l'accueil

Lenga d'oc : Auteurs occitans

Bernard Manciet

Lire un extrait de L'enterrament à Sabres  |  un extrait des Sonets

«Je ne suis pas régionaliste, au contraire. Je me bats depuis quarante ans pour empêcher que ce travers qui consiste à enfermer la culture occitane ne devienne un vice. Je n'ai pas besoin de l'Occitanie (...) Je n'aime pas être propriété de quelqu'un. Propriété de l'Occitanie, je ne le serai jamais, pas plus que celle des Français ou des Espagnols. Je vais mon chemin, qu'ils me laissent tranquille. Je barre droit. S'il y a des tempêtes on verra bien.»

(1997, entretien avec Marc Blanchet, Le Matricule des Anges)

Bernard Manciet est né en 1923 à Sabres, dans les Landes. Après des études à Bordeaux, il est fonctionnaire du Quai d'Orsay jusqu'en 1955, date à laquelle il retourne définitivement dans les Landes, où il se consacre à l'écriture.

Indifférent aux purismes et aux dogmes, se traduisant lui-même du gascon et refusant d’être publié en édition française (il n’acceptait que les éditions bilingues) il est l’auteur d’une œuvre considérable, qui s’impose à la fois comme l'une des plus significatives et des plus atypiques de de la littérature occitane contemporaine.

«Je me suis rendu compte, en me traduisant en français, qu'à une langue fait défaut ce que possède l'autre. Je souhaiterais que mon français soit élégant, perfide, avec quelque chose du style Directoire. Ce qui ne va pas du tout au gascon, le gascon brutal, vif, rêche, finaud, voyou, coléreux, flambant, téméraire, battant et batailleur»

(1959, revue Oc)

En 1996, la publication bilingue de L'Entarrement a Sabres, 5000 vers gascons initialement publiés en 1989 par Ultreïa, (Lire un extrait) lui vaut une reconnaissance européenne. "Une œuvre hors norme, à la fois poème théologique, testament en majesté et cosmogonie vivante, élaborée sur le modèle des cérémonies funèbres dans le monde latin antique." (Jean-Louis Ezine, Le Nouvel Observateur)

En 2001, après le théâtre et la poésie, Bernard Manciet s'associe avec le musicien et homme-orchestre Bernard Lubat, son voisin d’Uzeste, et enregistre avec lui huit performances publiques sous le titre de Poésiques.

Egalement rédacteur en chef pendant trente ans de la revue Oc, Bernard Manciet est mort le 2 juin 2005 à l’âge de 82 ans, précédent de deux semaines Max Rouquette. En l'espace de quelques jours, le monde des lettres occitanes avait perdu ses deux auteurs les plus universels et les plus singuliers.

A lire :
- Une analyse de l'œuvre de Manciet dans "l'écriture occitane contemporaine" de Philippe Gardy (éditions l'Harmattan).
- Une série d'entretiens passionnants dans le livre de Jean-Luc Pouliquen "Entre Gascogne et Provence. Itinéraire en lettres d'oc" (Edisud, 1994)

Sur ce site : un extrait de l'enterrament a Sabres

Sur le site des éditions Jorn :
une présentation de Bernard Manciet par Philippe Gardy

Bibliographie

Œuvre poétique

  • La Preia (La Proie, L'Escampette, 2004)
  • Còrdoa enqüèra (De nouveau Cordoue, Cadratins, 2004)
  • Preu còishe de Bassorà / Pour l'enfant de Bassora (L'Escampette, 2003)
  • Laus de l'Arròsa / Éloge de la rose (L'Escampette, 2003)
  • Còbalt (Cadratins 2002)
  • Rachou (Éd. Atlantica, 2002)
  • Le Grand vent / La ventòrla (L'Escampette, 2002)
  • Aux Portes de Fer / A las Pòrtas de Hèr (L'Escampette, 2001)
  • Le Dire de Guernica / Lo dider de Guernica (L'Escampette, 2001)
  • Aratea / Constellations (L'Escampette, 2000)
  • Liturgia (Reclams & Cairn, 1999)
  • Impromptus (L'Escampette (1997)
  • Roncesvals (Covedi, 1997)
  • Per el Yiyo (L'Escampette, 1996. Nouvelle édition en 1999)
  • Sonets / Sonnets (Jorn, 1996)
  • Véniels / Escasenças (L'Escampette, 1996)
  • Strophes pour Feurer (L'Escampette, 1995)
  • Auròst / Thrène (L'Arrière-Pays, 1993)
  • Estuari / Estuaire (Multiples, 1993)
  • Cantas deu Rei / Chants royaux, suivi de Mistèri de glòri (La Barbacane, 1993)
  • Panegiric de Miqueu l'Arcange / Panégyrique de Michel l'Archange (Cahiers du Théâtre du Port de la Lune, n°3, 1992)
  • Escasenças / Passages (Cahiers du Théâtre du Port de la Lune, n°3, 1992)
  • Un Hiver / Un ivèrn (Ultreïa, 1990)
  • L'Enterrament a Sabres / L'Enterrement à Sabres (Ultreïa, 1989. 2ème éd. : Mollat, 1996. 3ème édition : Poésie / Gallimard, 2010) (Lire un extrait)
  • Odas (Tribu - Centre d'édition et d'action poétique, 1984
  • A ua hemna (Jean-Louis Andrès impr., 1978)
  • Prova / Poussière (Alain Sanchez, 1978. Nouv. éd. : L'Escampette, 2000)
  • Sonets (Jean-Louis Andrès, 1976)
  • Cantas deu rei (La Barbacane, 1975)
  • Gesta (Oc, Cap e Cap, 1972)
  • Compressor / Compresseur (Alain Sanchez, 1968. Rééd. 1978. Nouv. éd. : L'Escampette, 2000)
  • Accidents, poèmas (Institut d'estudis occitans, 1955. 2ème éd. : L'Escampette, 1999)

Prose

  • Les Vigilantes, nouvelles (L'Escampette, 1999)
  • Le Sel (Le Bleu du ciel, 1998)
  • Le Jeune homme de novembre. La Pluie. Le Chemin de terre, traduction française par Alem Surre-Garcia (Le Chemin vert, 1987)
  • Les Draps de l'été / Los linçoùs de l'estiu (Abacus, 1994 et 1995)
  • Elena / Hélène, traduction française par Guy Latry (Jorn, 1992. Réédition : Fédérop-Reclams, 2003)
  • Casau perdut (Escole Gastou Febus, 1986)
  • L'Imper (Le Monde-Dimanche, 9 décembre 1979)
  • La pluja e lo camin de tèrra (Per Noste, 1976)
  • Lo gojat de novémer, roman (Institut d'estudis occitans, 1964) Réédition avec traduction française, Escòla Gaston Febus - Reclams, 1995. Nouvelle version en 2003, Reclams)
  • L'istoria deu cap (Oc, n°190, octobre 1953)
  • L'istoria deu Jacques (Oc, n°186, octobre 1952)